Comment rater l'expérience mauricienne

 

Vous avez été séduits par les magazines, les videos YouTube et l’internet. L’île Maurice est votre nouvelle destination. Je comprends que l’on peut difficilement résister à cet endroit qui semble sortir tout droit du paradis : stabilité climatique & politique, une beauté naturelle à coupe le souffle, une population accueillante… c’est bon je m’arrête ici. Beaucoup ont échoué, détrompez-vous, et leur expérience n’ont laissé qu’une trace désagréable dans leurs cœurs.

 

Je vous propose une série d’articles vous apportant des éléments à prendre en considération pour assurer que votre expérience mauricienne soit parmi les plus agréables possibles.

 

 

 

La route tue!

 

L’île est infestée de chauffards. Les routes sont pas mal, le parc automobile aussi (les belles allemandes, italiennes,

 

mêmes américaines sont là). Bizarrement les choses ne semblent pas être aussi paradisiaque que l’on espèrerait. Au moins un mort par jour ! Et oui.

 

Les raisons sont multiples mais ceci n’est pas le sujet de cet article. L’Etat se gratte le scalp et essaie d’imposer toutes sortes de lois pour contrecarrer l’insécurité routière ; pour l’instant en vain. Il est vrai que les décideurs n’ont pas été trop intelligents en enlevant le permis à points. Si vous pouvez lancer une Porsche neuve sur la route, vous pouvez payer amendes. Telle a été l’attitude de beaucoup jusqu’à présent.

 

Toujours dans cet optique de rendre la route plus sure, des nouvelles mesures ont été mis en place récemment et comptent faire réfléchir mêmes les fortunés.

 

Au-delà de l’aspect financier, la route demeure un lieu de cohabitation et fait donc appel à un certain civisme. A Maurice, elle suscite aussi un instinct de survie. Si vous n’êtes pas prudent, vous y laisserez votre peau.

 

 

Les Motos

 

42% des victimes d’accidents de la route sont les motards. Il n’y pas vraiment d’homologation. On peut y aller à fond la caisse sur les modifications. Le grand contrôle reste le décibels des pots d’échappements… oui c’est presque tout. Il n’y a pas de circuit pour pratiquer vitesse. Euh, non toutes les routes sont en faits des circuits, selon l’humeur du motard. Autre point à noter, ce n’est pas les grosses cylindrés qui dérangent mais les petits cyclos modifiés à mort. Il n’est pas extraordinaire de voir passer à côté de vous un gars en position allongé sur une moto modifié… c’est le guerrier moderne de l’aérodynamisme improvisée.

 

Cette année-ci l’état a introduit un plan de formation pour des aspirant-motards. Jadis, il suffisait d’avoir un permis apprenti pour conduire la moto que vous vouliez, quelle que soit la cylindrée. Donc on espère dans quelques temps de se débarrasser de ces cascadeurs de cirque qui transforment la liberté en fatalité. Mais cela prendra son temps. Entre-temps, si vous êtes motards, soyez super prudents, sinon soyez prudents contre les motards. Pour les motards (surtout les non-mauriciens voulant profiter des lignes côtières sur deux-roues), joignez les clubs et roulez en groupe. Il existe plusieurs groupes de motards sur l’île. Ils font des sorties très sympas.

 

Si vous comptez utiliser votre moto pour le transport en quotidien, investissez dans du matériel de protection. Il y de l’espace pour les motos mais beaucoup trop d’insouciants au volant. Ne jamais l’oublier.

 

 

La vitesse

 

La vitesse maximum autorisée sur les routes mauriciennes est de 110 KmH sur les autoroutes et varie entre 40 à 80

 

KmH ailleurs. Il va sans dire qu’il faut respecter les limites, c’est encore plus important car l’île (et donc l’espace) est assez restreinte. Le contrôle de vitesse se fait de manière classique avec des caméras et des radars. Ils sont généralement très visibles ; peints en jaune et dûment annoncés par les panneaux.

 

 

 

Leur efficacité est un autre débat. Les automobilistes ralentissent (comme des enfants très sage) juste devant la caméra et accélèrent juste après. Les autorités comptent introduire des appareils pouvant mesurer la vitesse moyenne d’un véhicule d’un point à un autre.

 

 

 

Discipline

 

 

Il est interdit de zigzaguer sur la chaussée, surtout sur l’autoroute – car c’est là où le phénomène est plus courant. Nous conduisons à gauche ; il faut donc maintenir son véhicule sagement sur ce couloir et utiliser la droite uniquement pour dépasser. Si vous êtes sur la droite en vitesse de tortue, il n’est pas rare de voir apparaitre, dans votre rétroviseur, un véhicule vociférant avec ses appels de phares, le chauffeur serrant un couteau entre ses dents vous insultant en langage de signe.

 

Surtout ne pas répondre à l’agressivité des autres. L’île est petite et vous êtes retraçable. Un cas de danger, arrêtez-vous au prochain poste de police. Non, l’île n’est pas dangereuse, mais les psychopathes sont dans tous les pays du monde.

 

 

Bouclez-la!

 

La ceinture est obligatoire. L’humain a compris et sait maintenant que la ceinture ne peut être autre qu’obligatoire car elle sauve des vies. Les passagers arrière sans ceinture sont tolérés la plupart du temps mais la loi préconisent qu’ils portent aussi les ceintures. Loin de son aspect légal, bouclez sa ceinture relève plutôt du bon sens. La densité des véhicules sur nos routes fait que le danger est omniprésent.



Alcool au volant

 

La limite a été réduite récemment. Je ne vais pas donner des chiffres en termes d’alcoolémie permis. Sachez simplement qu’un verre de whisky flirte avec la limite prescrite. Les brigades spéciales peuvent vous surprendre dans des endroits et des heures inattendus. La loi est très stricte en ce qui concerne l’alcool au volant. Zéro tolérance, mais totalement justifié vue le nombre de drames que nos routes ont connu. Nous avons cru avoir des buveurs responsables….mais le contraire a bel et bien été prouvé.

 

 

Téléphone au volant

 

Bien sûr que non ! La loi s’applique aussi pour l’usage de l’oreillette bluetooth.

 

 

Location de voiture

 

Assurez-vous que votre loueur détient les permis appropriés à cet effet. Beaucoup d’étrangers se font leurrer vers des locations moins chères en ayant recours aux loueurs privés (disons plutôt braconniers). Ces véhicules ne disposent pas d’une couverture d’assurance pour la location et donc les usagers ne sont pas réellement couverts. En cas d’accidents vous prenez des gros risques pour vous et votre famille. Certains véhicules sont des épaves ayant été reconditionnées pour rouler. Des vrais cercueils sur roues. Un impact et vous vous voyez sous un amas de métal.

 

Faites confiance uniquement à ceux qui ont une société de location et qui peuvent vous présenter leurs documents.


 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© Gibson & Hills 2018

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon
  • White LinkedIn Icon
  • White Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now